Search in
English French Nederlands
Nina New Dawn
Saturday June 4, 2022
9:00 PM
Jazz au Féminin
Nina New Dawn
Musée de la Mine et du Développement Durable

Contact information
Address Bois du Luc
Rue Saint-Patrice, 2b
7100 La Louvière
Belgium

Un hommage libre et poétique à la chanteuse Nina Simone

Nina New Dawn est un spectacle musical qui s’articule autour de l’oeuvre et de la personnalité de Nina Simone, chanteuse militante américaine dont le combat pour les droits civiques aux Etats Unis et pour les droits des femmes, continue de trouver une résonance dans la marche du monde actuel. En écho au caractère rebelle de l’artiste, ce spectacle revisite l’univers musical de Nina Simone avec des sonorités contemporaines, aux frontières du jazz, du rock et de l’électro. La trame narrative s’appuie sur un répertoire de morceaux charnières qui évoquent tant la sphère privée de l’artiste que son engagement politique. Des extraits d’interviews faites à différentes périodes de sa vie et abordant des sujets différents viennent ponctuer le set et sont interprétés par la chanteuse-comédienne.

Ainsi incarnés sur scène les propos de Nina Simone révèlent leur dimension intemporelle et universelle. Une dimension poétique supplémentaire et un autre regard sur les morceaux est révélé par la projection des vidéos de June Peduzzi, en résonance avec la musique.

Sur scène on retrouve la chanteuse Delphine Gardin, fondatrice du projet ainsi que le guitariste Laurent Stelleman et le claviériste Peter Vandenberghe tous trois ex-membres du groupe rock Monsoon. La section rythmique est assurée par l’union sacrée de deux autres grands noms du jazz, Sam Gerstmans (Mélanie de Biasio, Greg Houben) à la basse électrique et contrebasse et Stephan Pougin (Rêve d’éléphant orchestra, Panta Rhei) à la batterie et aux percussions.

Une musique puissante, habitée et poétique à découvrir de toute urgence!

***

Où sont les femmes ?

Longtemps, le jazz a paru être l’apanage des hommes. Comme l’analyse parfaitement Stéphane Koechlin (*), l’histoire du jazz féminin est un long parcours d’obstacles. De la pionnière Bessie Smith aux stars actuelles comme Diana Krall ou Norah Jones, combien de jazz ladies n’ont pas dû affronter le racisme et la misogynie au quotidien , malgré des connaissances musicales irréprochables?

De fait, elles apparurent peu à peu dans des orchestres de minstrels (revues interprétées par des acteurs blancs grimés en Noirs) où on les surnommaient les « canaris ». Durant la guerre 40-45, les musiciens étant pour la plupart mobilisés, elles purent accéder à un statut plus reconnu en tant que « chanteuse d’orchestre », avec cependant une volonté à peine cachée de les utiliser comme arme de séduction. Il faudra attendre les différents combats militants des années 60 et 70 pour qu’elles soient enfin reconnues à leur juste valeur.

Aujourd’hui, la situation de la Femme dans le Jazz a heureusement évolué. Juste un peu. Certes, pas encore au point de rivaliser en nombre avec leurs collègues masculins (**) mais force est de constater qu’au fil des ans, on observe une nette amélioration. La prolifération des écoles de jazz a sans conteste permis une émancipation dans ce domaine : l’abandon progressif des stéréotypes de virilité associés au jazz.

Avec Jazz au Féminin, voici plusieurs années que CENTRAL met à l’honneur les jazzwomen, trop longtemps éloignées de la scène musicale syncopée. Ce projet met ainsi en exergue des groupes dont les leaders sont féminines.

Et cette année, grâce à l’initiative de la Ville de La Louvière, cet événement prendra la tournure d’un Festival réparti sur trois journées.

En ouverture, un concert de prestige au Théâtre avec la chanteuse américaine Stacey Kent. Nominée aux Grammy Awards, elle possède un chant qui vient littéralement de l’âme. Elle nous présente ici son dernier projet « Songs from Other Places ».

Le lendemain, ce sera au tour de Chrystel Wautier et d’Ingrid Nomad de partager la scène du Palace pour un double concert.

Enfin, le samedi 4 juin, pas moins de 5 groupes, tous menés par des artistes féminines, donneront un concert dans le cadre prestigieux du Site Minier de Bois du Luc, au Musée de la Mine et du Développement durable. Les artistes Jean-Claude Salemi, Raymond Saublains et Christian Verlent accrocheront leurs œuvres dans une exposition intitulée « Trois regards sur le jazz ».

Clarinettistes, saxophonistes, trombonistes, violonistes et chanteuses seront présentes pour cette première édition d’un festival unique en Belgique : Jazz au Féminin.

On le devient !

Michel Mainil - Coordinateur du Festival Jazz au Féminin

(*) Jazz Ladies, le roman d’un combat (2006)

(**) Seulement 8 % de femmes musiciennes de jazz dont 65 % de chanteur.se.s (Source Marie Buscatto, CNRS)

Delphine Gardin - Vocals
Laurent Stelleman - Guitar
Peter Vandenberghe - Piano
Samuel Gerstmans - Double bass, Bass
Stephan Pougin - Drums and percussion
June Peduzzi - Visuel
© Lundis d'Hortense, 1996-2013. Contact us   Disclaimer